J'emprunte cette phrase à Rabelais, en espérant qu'il ne m'en voudra pas. Je suis persuadé depuis longtemps que la redistribution est rarement la solution idéale, en matière d'économie comme de société. Et au cours d'un meeting qui avait lieu à Faro la semaine dernière, j'ai eu la « chance » de discuter avec une personne qui plaidait passionnément l'idée selon laquelle il fallait taxer encore davantage les riches. Son point de vue m'a, je dois dire, un peu agacé, d'autant que les arguments qu'il avançait étaient plus des postures politiques que des arguments rationnels. Cette personne refusait d'admettre que les impôts et les aides aux revenus ont un impact négatif sur la détermination à travailler des personnes, et donc sur la création de la richesse. Et cet impact vaut tout autant pour le riche que pour le pauvre. Parce qu'un désir extrême d’égalité en vient en fin de compte à entacher le potentiel de croissance de l’économie. Plus la répartition de la richesse est forte, moins il y a de richesses à distribuer. Rien que le fait de sortir la pelle à gâteau et d’annoncer l'envie de diviser le gâteau le fait déjà rétrécir ! Et c'est encore plus vrai en temps de crise : toute personne qui continue à promouvoir la redistribution à outrance mord de ce fait la main qui la nourrit. Les hommes les plus entreprenants se retrouvent être les plus imposés, et sont ainsi découragés de concourir à la richesse totale. Les citoyens les moins entreprenants, qui sont subventionnés, sont alors également découragés à contribuer au confort de tous ! Cela dit, je ne dis pas pour autant qu'il faut abandonner la redistribution. L'histoire a montré à de nombreuses reprises qu'une trop forte inégalité n’est jamais souhaitable : dans de tels cas de figure, le décalage entre les riches et les plus humbles rend utopique une vie normale en société. Mais je reste également convaincu qu'un souci exagéré d’égalité nuit fortement au potentiel de croissance. Je ne suis malheureusement pas parvenu à convaincre cette personne du bien-fondé de mon propos lors de ce meeting à Faro, mais je crois que, pour beaucoup, la redistribution des richesses repose moins sur une idée d'égalité que sur l'envie de profiter de la manne... Retrouvez plus d'informations sur l'organisateur de ce séminaire à Faro.